Image Alt
 • DESIGNER  • LOREME : l’accessoire actuel !

LOREME : l’accessoire actuel !

Temps de lecture: 2 minutes

Loreme est une nouvelle marque d’accessoires qui fait le bonheur des dames et des hommes. Elle est l’œuvre du mannequin Lauraine Nguessan. Présentation !

Estampillés ‘’Loreme’’, les sautoirs, colliers et autre bracelets séduisent et ne laissent personne indifférente. Pour donner de l’éclat à votre toilette et améliorer votre tenue, c’est vraiment l’adresse indiquée. Pièces uniques à base ethnique, les produits ‘’Loreme’’ sont savamment montés dans du pagne tissé  et des perles. Les couleurs sont gaies, sobres… Sa conceptrice, la top model Lauraine Nguessan, utilise le pagne tissé pour confectionner des sacs à main et des chaussures. Quant aux perles, les petits grains servent à réaliser un peu du tout comme les ‘’baya’’ (perles à la hanche), sautoirs, colliers, bracelets… La créatrice arrive également à réaliser des accessoires rares, fabriqués à base de coquillages. « Je fais tout ce qu’on peut porter sur les tenues », assure-t-elle. Démarré au départ pour satisfaire une curiosité, Lauraine a fini par en tomber amoureuse. « Je veux en faire mon métier. J’ai ma marque d’accessoires : Loreme. C’est la contraction de mes prénoms Lomé et Lauraine », dit-elle. En Ashanti, ‘’Loreme’’ veut dire quelque chose de beau, joli… En attendant de monter son atelier, elle travaille à la maison et vend en ligne sur Facebook et Instagram.

C’est par le mannequin que Lauraine Lomé Nguessan pénètre le milieu de la mode. Elle participe à des festivals de mode et défile pour des labels de vêtements et d’accessoires également. C’est d’ailleurs au détour d’une présentation de bijoux à Festi’Mod 2019, qu’elle s’éprend des accessoires d’une créatrice. « Mon amour des accessoires est né après un défilé en 2019 à Festi’Mode. J’avais beaucoup apprécié les accessoires d’une dame que j’avais portées pour défiler », dit-elle et poursuit : « Du coup, j’ai commencé à apprendre. Je me suis renseignée un peu partout de la faisabilité. Après, je suis allée apprendre chez une professionnelle ».

Par Waly Do

Partage de l'article