Image Alt
 • Carnet de voyages  • TOURISME / 06 endroits magnifiques à visiter à Sassandra

TOURISME / 06 endroits magnifiques à visiter à Sassandra

Temps de lecture: 4 minutes

Le saviez-vous ? Les Portugais furent les premiers européens à découvrir ces terres.

Située sur la côtière, à 283 km à l’ouest d’Abidjan, Sassandra est une localité balnéaire au bord du golfe de Guinée, à l’embouchure du fleuve Sassandra. Sa population s’estime à 108 000 habitants. En plein cœur de la ville se trouve un bel ouvrage naturel : la mer.  Avec son important réseau hydraulique estimé à 600 km de long, la ville est marquée par une embouchure où se joint le fleuve Sassandra. 

Aujourd’hui la ville présente de nombreuses potentialités touristiques faisant d’elle l’une des villes les plus convoitées de Côte d’Ivoire, c ’est est une ville surprenante à découvrir !

Le séjour dans la ville

Je m’y suis arrêtée pendant trois jours, j’ai été frappée par les anciennes bâtisses qui racontent leurs propres histoires. En fait, Sassandra est une altération du portugais Sao Andrea. C’est une ville multiculturelle où plusieurs communautés ethniques et étrangères cohabitent. Les fanti (pêcheurs ghanéen installés sur la côte depuis plusieurs décennies) constituent la plus grande communauté ethnique de la ville. Ils pratiquent la pêche comme activité principale. 

D’un côté le fleuve, de l’autre, la mer. Cette petite ville historique conserve jalousement les empreintes généreuses de la nature et les marques de l’histoire du pays.  Le soir, au coucher du soleil, la ville présente un spectacle magnifique. Les pirogues hautement colorées traversent le fleuve et la mer pour un long voyage de pêche. 

06 endroits magnifiques à visiter à Sassandra

Le palais du gouverneur 

Le palais du gouverneur est l’ancienne demeure du Gouverneur Louis BINGER GUSTAVE qui a siégé à Sassandra dans les années 1894. Construit sur une falaise au bord de la mer, Il est aujourd’hui en ruine !  Du haut de cette grande bâtisse, on peut contempler de loin le wharf de Sassandra, premier port du pays et aussi par ailleurs le marché de poisson. Donne une vue magique de la ville. 

Le wharf

C’est à partir du XXème siècle que les français arrivent à Sassandra. Ils découvrent la richesse de la région et décident d’installer un embarcadère. Le Wharf est construit en 1951.

Mais dès l’ouverture du port de San-Pedro, il fut aussitôt abandonné et est aujourd’hui présenté comme un joyau touristique historique en plein centre de la ville. 

La BAO (Banque de l’Afrique Occidentale) 

C’est en effet, le plus ancien établissement bancaire français installé sur la côte occidentale d’Afrique. Il a été en activité de 1901-1965.

Le monument aux morts du 25 décembre 1943

Le monument aux morts a été érigé en mémoire des naufragés du bateau SS DUMANA torpillé par les nazies aux larges des côtes de Sassandra le 25 décembre 1943. 

LA PAROISSE SAINT-ANDRE

Ce sont Joao de Santarem et Pedro de Escobar, deux navigateurs Portugais qui construisent en 1471 une paroisse de 575 places sur une superficie de deux hectares. Il la baptise Paroisse St André en l’honneur du saint jour, Saint André. Le nom de cette paroisse chargée de symbole se rattache à l’histoire de la ville de Sassandra.  

Le tunnel des esclaves    

À Grand Drewin, dans la résidence de Emile Schiffer Olivier construite au XVème siècle se trouve dans un garage, un tunnel débouchant sur la mer. L’histoire orale affirme que des prisonniers seraient transportés à travers ce tunnel jusqu’à la mer pour monter dans les bateaux lors de l’esclavage et de la traite négrière. 

Bye bye la belle !

Ça y est. Je sors de Sao Andrea où que dis-je, Sassandra. Je ressors de cette ville qui a hébergée ma naissance. Je n’y été plus revenue depuis les trois années après mes premiers cris de bébé. Pourtant je viens d’y passer trois longues journées, faudrait-il plutôt que je dise, trois courtes nuits.

La ville me manque déjà ! Me réveiller avec les cris des femmes fanti (femmes originaires du Ghana installées sur la côte depuis plusieurs décennies) qui s’arrachent les filets de pêcheurs chargés de poissons.

Je range ma valise pour le départ et je ressens comme une sensation de renaissance, une nouvelle chance qui m’a été offerte pour redécouvrir Sao Andrea, la belle côtière endormie,

                  J’y reviendrai !  

Partage de l'article